Fiche technique

Court métrage documentaire – France – 2023 – 16 min

Réalisation : Aurélie Bonamy

Production : La Pellicule Ensorcelée

Co-production : Délégations régionale et départementales des droits aux femmes et à l’égalité entre les femmes et les hommes / Communauté de communes des Portes du Luxembourg /  Communauté de communes de l’Argonne ardennaise /  Communauté de communes Vallée plateau d’Ardennes.

Format : 1980×1080 – 60p

Images : archives.org

Pourquoi les hommes ne doivent pas pleurer ? Est-ce que les femmes sont plus sensibles ? D’où viennent nos émotions ? Au fond… explore et questionne l’origine de nos différences.

AU FOND…

Réalisation : Aurélie Bonamy

Production : La Pellicule Ensorcelée

Co-production : Délégations régionale et départementales des droits aux femmes et à l’égalité entre les femmes et les hommes / Communauté de communes des Portes du Luxembourg /  Communauté de communes de l’Argonne ardennaise /  Communauté de communes Vallée plateau d’Ardennes.

Format : 1980×1080 – 60p

Images : archives.org

Pourquoi les hommes ne doivent pas pleurer ? Est-ce que les femmes sont plus sensibles ? D’où viennent nos émotions ? Au fond… explore et questionne l’origine de nos différences.

Génèse du projet

Ce film est né d’une discussion avec Anne-Marie Morais, déléguée départementale aux droits des femmes et à l’égalité entre les femmes et les hommes dans les Ardennes, et du constat du manque d’outil pour parler de l’égalité femmes/hommes. 

Avec La Pellicule Ensorcelée, nous venions de terminer la dernière version de notre studio de tournage itinérant, Le Kinotrope . Un dispositif idéal pour collecter des témoignages sur des sujets divers et variés. Très vite, l’idée a émergé d’interroger des femmes et des hommes de tous âges et horizons sur leurs émotions.

Pourquoi les hommes ne doivent pas pleurer ? Est-ce que les femmes sont plus sensibles ? D’où viennent nos émotions ? 

Je ne savais pas du tout quelle tournure prendrait ce film. Serait-ce une série ? Un film ? Court ? Long ?… 

Pour moi, l’essentiel était d’être respectueuse et fidèle aux discours de chacun, de faire une seule voix de ces 30 témoignages et d’explorer et questionner l’origine de nos différences émotionnelles.

J’ai opté pour un patchwork de témoignages authentiques sur lequel je suis venue greffer des images d’archives libres de droits afin d’accentuer les propos ou d’en révéler le sous texte.

Avec ce film, je m’adresse aux adultes, mais aussi aux enfants et adolescents afin de créer un débat sur la compréhension de soi, des autres et donc du monde avec un grand M.